Ski de fond
Cyril Gaillard met un terme à sa carrière
 
 
 
 
Lundi 23 mars 2015
 
Le message très émouvant de Cyril
 
Un chapitre se finit, un autre va s'ouvrir.
 
Je profite de cette dernière semaine de l'hiver pour annoncer la fin de ma carrière de sprinteur de haut niveau si on peut dire ça. Oui, je viens de vivre une année où malheureusement les résultats ont été en deçà de mes espérances malgré beaucoup de sacrifices (même si je mangeais quelques desserts quand même pas comme mon collègue Robin Duvillard) et beaucoup d'heures d'entraînements.

Ce fut malgré tout une excellente année avec le groupe de sprint, les "poneys", Baptiste, Renaud, Cyril, Paul et Lucas (même si celui-là on l'a peu vu car il était blessé). Ce sont tous des potes et on a bien rigolé ensemble. La préparation concoctée par le nouveau coach du groupe sprint Cyril Burdet s'est déroulée dans un climat de confiance et de sérénité. Les résultats sont là. J'ai pu suivre le sprint de Lathi à la télé, c'était vraiment énorme ce qu'ils ont fait. Mon cœur en garde quelques séquelles.

Ce sont tous des gars exceptionnels, je leur ai annoncé que j'arrêtais il y a quelques jours. Ce qu'ils m'ont tous répondu m'a vraiment touché, ils m'ont mis les larmes aux yeux les enfoirés. Le team poney ne fait que commencer et il continuera sans moi, je resterai toujours leur 1er supporter, et ils vont nous faire vibrer encore ces prochaines saisons.

Maintenant, j'ai 29 ans et pas mal de cheveux blancs et je crois qu'il est temps de passer le témoin à ces jeunes. Le ski de fond, c'est pratiquement toute ma vie, je fais ça depuis que je suis tout petit, ce sport m'a rendu heureux et épanoui.

Comme me l'a dit, il n'y a pas longtemps, mon amie de toujours Claire, ce que j'ai réussi à faire, je l'ai fait avec la sueur de mon front et je n'ai pas à en rougir.
J'aurai pris 21 départs en Coupe du Monde et 1 aux Jeux Olympiques. J'aurai fait 4ème d'une Coupe du Monde à rien de la 3ème place mais c'est ça le sprint, et puis le 3ème c'était un copain Baptiste Gros. Ce résultat m'a permis de réaliser le rêve de tout athlète, d'aller aux Jeux Olympiques. Sotchi fut une expérience inoubliable et magique, ces souvenirs resteront à jamais dans ma mémoire.

Je crois que maintenant, il est temps de remercier du monde, tous ceux qui m'ont permis d'arriver là où je suis arrivé et qui ont toujours cru en moi.

Tout d'abord, je tiens à remercier le club de Méaudre, mon club de toujours, le club où je me suis forgé. La mairie de Méaudre également qui m'aide financièrement depuis plusieurs années.

Je remercie mes parents qui ont toujours cru en moi en étant discrets et sans jamais me pousser. Ils m'ont mis sur des skis de fond à 18 mois, je crois que c'est ce jour-là que je suis tombé amoureux de ce sport. Depuis 2012, ma mère m'a légué un gîte à Villard de Lans : http://www.gitearcenciel.com (je fais un peu de pub au passage). Sans ça, j'aurais arrêté le ski de fond à cette époque.

Je remercie tout particulièrement mon grand père, Maurice, qui nous a quittés trop tôt en juillet dernier. Il a transmis à toute sa famille sa passion pour le ski de fond. Tous ses enfants et tous ses petits enfants ont fait, ou font encore du ski de fond. J'espère que de là où il est, il est fier de moi.

Mon oncle Lilian a été un exemple, il était en équipe de France et je voulais faire comme lui. Je voyais chez mes grands parents l'armoire remplie de coupes, c'était un challenge d'en avoir un jour plus que lui.

Comment ne pas remercier le Team Grenoble Isère Nordique et tout ceux qui s'en occupent (Yves, Jeff et Lilian pour ne citer qu'eux ou encore Mick lorsqu'il était entraîneur), qui font tout ce qu'ils peuvent pour que cette équipe vive et propose les meilleures conditions possibles d'entraînement à ses athlètes. Les Jeux c'est grâce au team que j'y suis allé.

Merci à la Fédération française de ski qui m'a pris dans les groupes fédé les années où je le méritais.

Merci à Rossignol qui m'équipe depuis très longtemps aussi, c'est une équipe formidable toujours à l'écoute de leurs coureurs et de leurs besoins.

Un dernier merci à la femme qui me supporte (dans le ski mais surtout dans la vie de tous les jours) et qui partage ma vie depuis maintenant 4 ans. Elodie merci…

Voilà j'en ai fini avec les nombreux remerciements.

Comme je l'ai dit plus haut, j'arrête le sprint de haut niveau, mais pas le ski de fond. Je viendrai sûrement au départ de quelques courses de ski-roues avec mes fusées Nordeex aux pieds (encore un merci à Ludo et Mathieu, ils se reconnaîtront) et également les longues distances où cette fois-ci ce seront des Rossignol que j'aurai comme fusées ;)

A bientôt sur les routes ou sur les pistes.

Cyril.

"Ce message particulièrement émouvant de Cyril montre bien qui est le bonhomme, un jeune particulièrement attachant, respectueux de tous, qui n'a pas eu que des moments faciles dans sa carrière. Ce qu'il a fait pour parvenir à être sélectionné aux Jeux de Sotchi sans bénéficier de la structure fédérale est un exemple pour tous les jeunes.
Cyril a toujours un mot sympa avec ses partenaires de club, surtout quand certains traversent des moments difficiles. C'est un exemple !
Oui, Maurice est très fier de toi ! Non, Elodie n'aura pas de mal à te supporter ! Vous êtes partis pour une longue vie de bonheur !"
Jacques
 
 
 
 
Cyrl défendait hier les couleurs de son club de toujours, le Ski Amical Méaudrais.
Ici, il est à la lutte avec Jean-Marc Gaillard.
A bientôt sur les routes !