Ski de fond
Interview d'Olivier Michaud
 
 
 
Jeudi 16 janvier 2014
 
Après les succès répétés de nos juniors en OPA, il était intéressant d'interviewer leur coach, Olivier Michaud
 
Les résultats réalisés par les juniors français depuis le début de saison au niveau international sont remarquables.

De St-Ulrich à Chamonix, en passant par Gressoney, ils ont accumulé victoires et podiums dans tous les types de course. (voir rappel ci-dessous)

Il m'a semblé intéressant de faire parler leur coach, Olivier Michaud, à 15 jours de l'objectif principal de la saison, les Mondiaux juniors du Val di Fiemme.


Les six juniors ont également donné leurs impressions sur ce qu'ils vivent depuis le début de la saison.

< Olivier Michaud avec Jean Tiberghien
 

 
< Olivier Michaud
Les performances réalisées en OPA depuis le début de saison
St-Ulrich (AUT)
sprint L 10km L 15km CL ms
2. Tiberghien
3. Jouve
5. Chauvin
7. Chanavat
16. Schwartz
34. Lapierre
2. Jouve
3. Tiberghien
4. Lapierre
7. Chauvin
8. Schwartz
1. Jouve
2. Schwartz
3. Lapierre
7. Chauvin
8. Chanavat
10. Tiberghien
 
Gressoney (ITA)
15km CL 15km poursuite L
1. Lapierre
2. Jouve
3. Schwartz
4. Chauvin
6. Chanavat
8. Tiberghien
1. Jouve
2. Lapierre
3. Schwartz
4. Chauvin
5. Chanavat
6. Tiberghien
 
Chamonix (FRA)
sprint L 10km CL skiathlon 10/10km
1. Chanavat
2. Tiberghien
6. Schwartz
13. Lapierre
16. Chauvin
1. Lapierre
2. Chauvin
3. Tiberghien
4. Schwartz
5. Chanavat
1. Lapierre
2. Tiberghien
3. Chauvin
5. Chanavat
8. Schwartz
 
Depuis quand Olivier, es-tu responsable de ce groupe ?
Cela fait trois années que j'ai pris la responsabilité du groupe juniors ainsi que la direction de la coupe d'Europe suite à huit ans de gestion du groupe féminin.
 
Les juniors français viennent de réussir coup sur coup de remarquables performances en Coupe OPA, le niveau de ces trois courses OPA était-il comparable à celui des années précédentes ?
  C'est difficile à juger, je crois malgré tout que les Allemands ne sont pas totalement à leur niveau et qu'en même temps dans la préparation du groupe juniors français sur ces derniers mois, on n'a rencontré aucun problème.
   
A quoi peut-on attribuer une telle réussite ?
La réussite sur ce début de saison est l'association, d'une préparation sans obstacle, d'un collectif qui est orienté vers la performance, d'un staff sur la coupe d'Europe qui fonctionne très bien et d'un climat de confiance.
 
Quelle est l'ambiance au sein de ce groupe ?
L'ambiance est excellente, bien sûr lorsque les résultats sont là, en général, c'est le cas. Mais sur ces trois dernières années, sur les trois groupes que j'ai pu entraîner (il y a trois ans l'équipe Pouye, Parisse et Backscheider, l'année suivante Parisse, Pouye, Tiberghien, Jouve) l'ambiance était aussi bonne. La différence pour cette année, c'est la densité du groupe : ils ont tous réussi un podium minimum ce qui génère un équilibre parfait entre eux !
 
Qu'as-tu mis en place pour que ces jeunes atteignent un tel niveau ?
D'abord, je me suis servi de l'expérience acquise sur ces onze années d'entraîneur au sein des équipes de France. D'avoir eu la chance d'entraîner aussi le groupe féminin et d'avoir passé quatre années sur la coupe du monde, je pense avoir une vision assez juste du haut niveau. Pour atteindre le haut niveau, il faut s'entraîner, énormément s'entraîner mais il faut être très vigilant sur les à-côtés, gérer avec précision la récupération et y mettre la forme, l'intention et la détermination. Cette année, grâce au pôle France, j'ai pu doubler les journées de stage. Ce contact avec les athlètes rapprochés est très important, à tel point que, lorsque je ne les vois pas au bout de dix jours, je le vis mal.
 
A-t-on déjà connu un groupe aussi fort en équipe juniors ?
Les deux dernières années, j'avais de très bons éléments.
(ex : Backscheider : 14 podiums, 11 victoires maillot jaune de l'OPA)
L'année dernière, 4 dans les 18 aux championnats du monde de Liberec (Parisse : 8ème aux mondiaux - maillot jaune de l'OPA)
La différence cette année, c'est la densité du groupe.
 
Aux Mondiaux du Val di Fiemme, ont-ils une chance de bien figurer par rapport aux jeunes Scandinaves et à ceux des pays de l'est ?
L'objectif c'est la médaille comme toujours mais il faut rester les pieds sur terre ! Il faudra être encore bien meilleur !
 
Peut-être pourrais-tu dresser un portrait rapide de chacun d'eux ?
   
le plus expérimenté,
la technique et la puissance, polyvalent, généreux
  le meilleur touché de neige en skate du groupe, fougueux
et bout en train de l'équipe
  la puissance à l'état pur,
le plus réservé de tous,
je crois savoir que la gente
féminine est assez fan !
         
   
polyvalent, discret mais présent dans le groupe, attentif   polyvalent, perfectionniste,
bout en train
  la mascotte de l'équipe,
la polyvalence, le rythme,
un guerrier !
Je connais mieux deux de tes éléments Jules et Louis. Ils ont des parcours opposés : Jules est venu relativement tard à la compétition (en minime) et a montré immédiatement des qualités exceptionnelles. Louis a commencé plus tôt et a failli ne pas être pris en pôle espoir. Qu'est-ce que t'inspire ces deux parcours ?
Je crois qu'il n'y a pas de parcours idéal, il y a d'abord des hommes ou des femmes doués ou si ce n'est pas le cas extrêmement besogneux.
Je crois aussi qu'à un moment, ils rencontrent une structure (club, comité), des entraîneurs qui apportent chacun la pierre à l'édifice. Plus la qualité à tous les échelons est au rendez vous, plus le ski de fond français aura des chances de performer mais l'acteur principal reste l'athlète.
 
et eux qu'en pensent-ils ?
 
Richard Jouve




Je suis très satisfait de mon début de saison en OPA.
J'ai fait de très bonnes courses sur les deux premiers week-ends mais malheureusement, j'étais malade à Chamonix et donc je n'ai pas pu courir.

L'ambiance dans le groupe est excellente, tout le monde veut aller faire une médaille aux Championnats du monde ce qui tire tout le monde vers le haut.

Notre coach Olivier Michaud nous a promis une petite surprise pour les prochaines OPA si on repart de Val di Fiemme avec des médailles alors on va aller mettre les étrangers dans les rétros...
 
Valentin Chauvin

C'est ma première saison au sein de l'équipe juniors, on débute un peu intimidé mais l'ambiance du groupe est au top. Olive nous met vite en confiance et puis c'est parti pour 8 mois de préparation intensive.. On sait faire la différence entre les moments de rigolades et les moments où il faut être présent à 100%.
Le début de saison en OPA à bien commencer pour nous "7", c'est important de voir que tout le monde est présent sur chaque course et qu'aucun de nous est à l'écart. Cette homogénéité fait notre force mais l'objectif majeur reste les Mondiaux. Le coach et nous, nous voulons la Médaille. Il reste beaucoup de boulot avant "Val di Fiemme" il ne faut pas s'endormir.

"Force et Joie "

 
Jules Lapierre



On a un chouette statut en étant en équipe mais c'est pas si simple il faut assurer derrière et ça c'est autre chose.

Je pense qu'on peut dire que dans tout ce groupe, personne ne reste sur le carreau d'abord ; on le voit sur les résultats, mais aussi à l'intérieur du groupe, tout le monde fait "le job" et reste concentré tout en étant enthousiaste et rigolard quand il le faut.

Pour en arriver là, ça n'a pas été tout beau, tout rose tous les jours. Mes pauvres bras ont souffert tout l'été à essayer de pousser aussi fort que ceux des musculeux (Lucas et Richard) mais en vain...

Olivier c'est un personnage, un grand blagueur, mais surtout un excellent coach, sans lui le groupe junior n'en serait pas là.

Après toutes ces belles courses, le plus dur reste à faire, le plus palpitant aussi, les Championnats du monde juniors où il va falloir que chacun d'entre nous élève son niveau pour rivaliser avec Russes, Allemands et Scandinaves.
 
Louis Schwartz

C'est toujours un peu compliqué de changer de groupe, passer du comité au groupe fédéral, ça change. Tu te retrouves à table avec des mecs qui courent en coupe du monde et qui prétendent à des places aux JO, alors forcément ça te tire vers le haut.
On est un bon groupe, tout le monde à envie de réussir et de faire grimper le "Michaud-mètre".
(compteur de podiums à l'international).
Pour donner quelques chiffres : c'est 20 podiums sur 24 possibles, soit en moyenne 2,5 podiums par course, aucun de nous 6 n'est sorti du Top 10 sur une épreuve de distance et nous sommes au 6 premières places du classement général de l'OPA... Et pourtant, tout est encore à faire parce que les Russes, les Norvégiens et autres surexcités de la spatule ne nous feront aucun cadeau.

La vidéo du groupe c'était "Road to Val di Fiemme", mais maintenant, Val di Fiemme on arrive, le couteau entre les dents, la baïonnette au canon !

 
Lucas Chanavat

Cela fait deux ans que je suis entraîné par Olivier, et déjà l'an dernier, il avait réussi à faire régner au sein du groupe une bonne ambiance tournée vers la performance.
A l'image de l'année dernière, chacun d'entre nous a vite trouvé ses marques dans l'équipe, et apporté sa pierre à l'édifice.
L'ambiance dans le groupe est super, et c'est à chaque fois un réel plaisir de se retrouver pour les stages ou les compétitions.
Dès ce printemps, nous avons travaillé dur en suivant le programme qu'Olivier nous confectionnait. Le niveau très dense présent dans le groupe nous a permis de nous préparer au mieux pour cette saison.
Il est vrai que celle-ci a plutôt bien commencé, sur le circuit OPA, pour chacun d'entre nous. Maintenant, l'objectif et la source de motivation qui nous a poussé toute l'année restent la médaille aux Championnats du monde Juniors.
Il nous reste maintenant deux semaines pour peaufiner cette préparation, et c'est le couteau entre les dents que nous allons nous rendre à Val di Fiemme.
 
Jean Tiberghien

La saison a démarré sur des chapeaux de roues pour toute l’équipe. En effet, on pensait tous pouvoir jouer devant dans nos formats de courses favoris, mais il était impensable que l’on soit capable d’enchaîner triplé sur triplé. Seuls quatre bonhommes autres que nous sont montés sur un podium OPA depuis le début de la saison : ça a de la gueule !
Alors, évidemment, l’ambiance dans le groupe est au top, on est toujours impatient de se retrouver, on vit vraiment de bons moments, on a tout pour progresser à grand pas !
Cependant, Oliv’ est là pour nous rappeler que l’objectif reste Val di Fiemme. On se prépare pour être plus forts que jamais là-bas, on est conscients que le niveau va être énorme, ça va être un sacré défi pour chacun d’entre nous. Quoi qu’il en soit on va tout donner, on se prépare à débrancher le cerveau, faire fumer nos cuissots, et exploser notre poitrail ... et tout ça dans la joie !!!
 
Richard Jouve et Jules Lapierre
 
MONDIAUX JUNIORS SKI de FOND 2013/2014
site officiel des MOndiaux
Val di Fiemme (Italie)
dates
dames
hommes
mercredi
29
janvier
juniors
sprint L
10h Qualification - 12h Finales
juniors
sprint L
10h Qualification - 12h Finales
mercredi
29
janvier
- de 23a
sprint L
10h Qualification - 12h Finales
- de 23a
sprint L
10h Qualification - 12h Finales
30
janvier
- de 23a
10h : 10km CL
- de 23a
12h : 15km CL
31
janvier
juniors
10h : skiathlon 5km CL + 5km L
juniors
11h30 : skiathlon 10km CL + 10km

1er
février

- de 23a
10h : skiathlon 7,5km CL + 7,5km
- de 23a
11h30 : skiathlon 15km CL + 15km
2
février
juniors
10h : 5km CL
juniors
12h : 10km CL
3
février
juniors
10h : Relais 4 x 3,3km CL/L
juniors
12h : Relais 4 x 5km CL/L
 
Un podium exceptionnel : 6 Français aux 6 premières places - Gressoney - 15km poursuite libre
2. Jules Lapierre - 1. Richard Jouve - 3. Louis Schwartz - 4. Valentin Chauvin - 5. Lucas Chanavat - 6. Jean Tiberghien et Olivier Michaud
 
Dès le 29 janvier, nous serons tous derrière
cette talentueuse et sympathique équipe juniors !