Ski FFS
Présentation des Equipes de France
 
 
 
mardi 5 octobre 2010
 
Michel Vion et Fabien Saguez fixent les objectifs pour la saison 2010/2011
 
Le pavillon Gabriel accueillait hier l'ensemble des Equipes de France pour une présentation à la presse. Pour le nouveau président de la FFS, Michel Vion, et le Directeur Technique National, Fabien Saguez, c'était l'occasion de fixer les objectifs pour la nouvelle saison qui s'ouvre dans cinq semaines.
Le directeur technique national Fabien Saguez a fixé à 15 médailles, dont 5 d'or, l'objectif que doivent atteindre les équipes de France de ski, snowboard et biathlon lors des Mondiaux-2011.

Fabien Saguez : "On en a eu 11 (dont 2 en or) aux Jeux de Vancouver. Quinze médailles, on peut ne briguer que cela..."

Selon lui, la Coupe du monde reste le fil moteur de la saison, pour pouvoir aborder les Championnats du monde - en janvier ou février selon les disciplines - dans les meilleures conditions.

 

Fabien Saguez >

Michel Vion a répondu aux questions de Stéphanie Pertuiset.

SP : Quelles sont vos priorités ?

MV : "Deux axes principaux: le développement de la vie fédérale et le haut niveau. Comme toute fédération, nous sommes sujets à une baisse d'intérêt. Nous sommes un sport régional et saisonnier, on a du mal à tenir des licenciés toute l'année. L'ambition est de redynamiser le tout, sans plan exceptionnel mais avec plein de petites choses. Cela va d'une licence peut-être revue et corrigée à de l'évémentiel dans les villes. En golf, pour faire un parcours il faut être licencié. Si toutes les personnes qui prennent le télécabine devaient être licenciées, nous aurions quatre millions d'adhérents, ce qui n'est pas le cas malheureusement. "

SP : Et pour le haut niveau ?

MV : "Que les équipes de France soient encore meilleures qu'elles l'ont été, même si depuis un an ou deux, elles sont costauds et homogènes. Bien sûr il y a eu le couac des jeux Olympiques de Vancouver en alpin, mais les athlètes marchaient bien en Coupe du monde et ont bien géré les Championnats du monde à Val d'Isère la saison précédente. A moyen terme, va être mis en place le centre national d'entraînement du haut niveau à Bourg Saint-Maurice (prévu pour 2013), l'outil qu'il nous manque actuellement pour donner toutes les armes à nos athlètes. Des armes pas uniquement techniques, mais aussi physiologiques, psychologiques, une éducation globale de vie. On construit un athlète, cela ne se fait pas en lui disant +tu fais deux heures de musculation+. Ce centre nous permettra d'avoir peut-être une population un peu plus dense, mais surtout mieux formée."

SP : Au niveau international, n'y-a-t-il pas une perte de poids de la France ?

MV : "Non. Que la France n'ait pas la même puissance de feu que l'Autriche et la Suisse, c'est vrai. Mais nous ne sommes pas mal considérés car il y a un poids économique derrière, des stations, une industrie. Le ski français pèse. Pour l'influence, on est au rang 3/4 comme sur le plan sportif."

SP : Le DTN (Directeur technique national) Fabien Saguez fixe 15 médailles aux Mondiaux cet hiver toutes disciplines confondues...

MV : "C'est l'objectif ambitieux certes, mais normal. Nous avons fait 11 médailles aux Jeux. Comme l'ambition est de 15 pour les Jeux de Sotchi en 2014, on se met dans le bain tout de suite. A Vancouver, en alpin, il y a eu une mauvaise approche par rapport à un événement très particulier. On ne peut pas banaliser les Jeux, surtout que rien ne s'est passé comme prévu: des descentes hommes et dames quasiment sans entraînement complet, au géant dames couru en deux jours, sans parler des conditions de neige... Mais on va se servir de cette expérience pour faire un vrai focus cette année sur les Mondiaux."

SP : Pourquoi avez-vous supprimé le poste de directeur technique alpin d'Yves Dimier ?

MV : "Il n'y a pas eu de chasse à l'homme. Certes Yves Dimier était proche d'Alain Méthiaz (le président sortant ndlr), mais au-delà du problème de personne, j'ai estimé, après consultations, qu'il fallait rendre le système plus simple en alpin, que le Directeur technique national (DTN) devait être en prises directes avec les directeurs d'équipes. Une nouvelle répartition des missions entre chacun coulait de source."